Devenir traducteur en ligne : comment s’y prendre ?

Vous le savez certainement, le métier de traducteur est une activité qui se développe de plus en plus. Grâce à l’internationalisation de plusieurs domaines d’activités, pratiquement tous les secteurs aujourd’hui, y compris les commerces en ligne, ont besoin de services de traduction humaine pour retranscrire leurs informations dans d’autres langues. Pour ce faire, il nécessite de la fluidité et de l’exactitude dans les retranscriptions. Vous souhaitez devenir traducteur mais ne savez pas par quoi commencer ? Voici quelques conseils et astuces pour vous guider et orienter !

Choisir un domaine d’activité précis

La première étape à suivre, lorsque vous voulez offrir vos services de traduction en ligne en anglais, c’est de choisir votre spécialisation. Il s’agit tout simplement de cibler un domaine ou deux, dans lesquels vous vous focaliserez et développerez vos connaissances et votre technique. Un grand panel s’offre à vous.

En fonction de vos compétences et votre aisance, vous pourrez choisir la traduction professionnelle en ligne dans le domaine médical, juridique, informatique, basée sur le référencement international des e-commerces, etc. Vous devrez seulement avoir les compétences techniques nécessaires pour mener à bien les différentes tâches qui vous seront confiées !

Par ailleurs, avant de vous focaliser sur des domaines précis, il est important de prendre en compte votre fréquence de travail. Certains secteurs vous procureront plusieurs petits projets à la fois, tandis que d’autres seront moins nombreux mais plus importants. C’est pourquoi, vous devrez vous assurer d’avoir la compétence et la technique nécessaires pour mener à bien vos missions de traduction certifiée.

Le plus important pour vous, en tant que traducteur professionnel, sera de trouver des secteurs vraiment porteurs et où la demande est importante et sans cesse permanente. Cela vous permettra de vivre de la traduction et d’en faire votre métier !

Opter pour un statut de traducteur

Pour que vous puissiez travailler en tant que traducteur et permettre aux personnes qui font appel à vous, de fidéliser des clients, il vous faudra définir votre statut. Il s’agit tout simplement ici de choisir si vous souhaitez travailler en tant que salarié dans une agence ou en freelance. Chacun de ces statuts présente des avantages et des inconvénients.

En tant que salarié, vous n’aurez pas à vous encombrer des démarches de création d’une entreprise de traduction commerciale en ligne. De plus, vous éviterez aussi le stress de démarche les clients, puisque votre employeur se chargera de tout cela. Néanmoins, si vous aimez fixer vous-même votre emploi de temps, travailler sous la tutelle d’un employeur et pendant des horaires fixes seront pénibles.

En ce qui concerne le travail de traducteur en tant que freelance ou indépendant, vous serez votre propre patron, vous aurez la possibilité de constituer votre entreprise par la suite si vous le souhaitez. Néanmoins, vous devrez vous-même démarcher et prospecter vos clients et constituer une base de données, ce qui n’est pas toujours une tâche facile. 

Etre indépendant vous permettra également de définir vos horaires de travailler, choisir vos projets de traduction et gérer votre emploi de temps comme vous le souhaitez !

Quelle tarification appliquer pour votre activité ?

Un autre point important lorsque vous proposez des services de traduction professionnelle pour les entreprises, c’est votre rémunération. Que vous travaillez en indépendant ou en agence, il vous faudra définir la tarification de votre activité. Après tout vous contribuerez à l’expansion de vos clients propriétaires d’e-shops, raison pour laquelle vous devrez aussi penser à bien réfléchir par rapport à vos prix.

Il est évident que tous vos clients voudront des rabais et services à la baisse. Attention toutefois à rester raisonnable et à ne pas exagérer dans la baisse des prix uniquement pour attirer de nouveaux clients. En tant que professionnel, il est important d’accorder de la valeur à vos compétences et à votre talent !

Le travail de traducteur requiert de la minutie, de la précision, de la maîtrise des techniques et des terminologies de chaque domaine ou secteur dans lequel vous vous embarquez. C’est pourquoi, vous ne devez pas le prendre à la légère et chercher à contenter votre clientèle lorsque cela n’est pas raisonnable. Pour bénéficier d’un travail de qualité, il est important de mettre les moyens en jeu !

Le choix de la langue

En tant que traduction professionnel, il est nécessaire d’être au moins bilingue. En effet, en dehors de votre langue d’origine, vous devrez posséder d’excellentes connaissances dans une langue étrangère, avec toute sa syntaxe, terminologie, etc.

Parce que le marché est concurrentiel, maîtriser d’autres langues supplémentaires sera un réel atout pour vous. Vous pourrez ainsi prospecter plus de clients, réaliser plus de projets et gagner plus d’argent. Cela vous permettra d’avoir un très bon rendu.

Par ailleurs, n’hésitez pas également à intégrer des associations et forums de traducteurs. Vous pourrez ainsi partager vos différentes expériences. De plus, en cas de problème ou de blocage dans la connaissance d’une expression, vous trouverez certainement une personne prête à vous aider.

Les différents types de traducteur

Parce que les services de traduction de site web sont vastes, vous pourrez vous focaliser sur l’une de ces spécialisations :

  • Le traducteur audiovisuel : il réalise les tâches de sous-titrages et de doublage de documentaires, séries ou films. Ce faisant, il respecte les contraintes de synchronisation, de déroulement de sous-titres, etc.
  • Le traducteur technique : il s’occupe de la traduction des documents qui concernent son domaine de spécialisation. En général, il s’agit d’un professionnel qui exerce dans un secteur de traduction bien spécifique (médical, industriel, juridique, etc.)
  • Le traducteur assermenté : il s’occupe de la traduction de certains documents bien spécifiques (jugements, actes d’état civil, pièce d’identité, etc.). Pour cela, il a reçu un agrément des autorités judiciaires et seules ses traductions dans ces domaines sont reconnues et ont une valeur légale.
  • Le traducteur (localisateur) : il travaille généralement dans le secteur multimédia et de l’informatique. Celui-ci s’occupe de traduire des jeux vidéo, logiciel, sites web, etc. dans le but de les adapter au pays pour lequel ils sont traduits.
  • Le traducteur littéraire : qui travaille généralement pour des éditeurs.

Prêt à vous lancer à votre propre compte, vous pourrez faire de la traduction votre métier !